Conduites addictives et femmes en quelques lignes

femmes et addictions

Définition de l’addiction 

D’un point de vue scientifique et médical, les addictions sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité, avec des conséquences délétères

Le diagnostic de l’addiction (ou dépendance) repose sur des critères bien définis, fixés par des instances internationales de santé mentale et répertoriés dans un manuel, le Diagnostic and Statistical manual of Mental disorders (DSM), dont la cinquième édition date de 2013.

Parmi ces critères, on trouve la perte de contrôle de soi, l’interférence de la consommation sur les activités scolaires ou professionnelles, ou encore la poursuite de la consommation malgré la prise de conscience des troubles qu’elle engendre.

Pourquoi faire un focus sur conduites addictives et femmes? 

    • Tout simplement parce que les Femmes « rattrapent » les hommes sur certaines  addictions (exemple : le tabac)
    • Les conduites addictives des femmes sont mal identifiées et les risques sanitaires, mais aussi les dommages sociaux auxquels elles sont exposées, sont insuffisamment mis en évidence.
    • La faible proportion de femmes suivies dans les centres d’addictologie a influencée la clinique des addictions  par des situations  majoritairement masculine . Cette approche clinique sur femmes et conduites addictives est très récente (vers 2007 )
    • En parler permet de lutter contre la stigmatisation dont les femmes peuvent être victimes (en milieu favorisé ou précaire). Il y a beaucoup de tabous chez les femmes y compris chez les femmes insérées socialement
    • Parce que les femmes en situation de conduites addictives  sont souvent confrontées à des problématiques sociétales beaucoup plus larges (place de la grossesse et de la maternité, ménopause, déficit d’estime de soi, inégalités hommes/femmes, violences subies…), ces questions doivent être mieux prises en compte.

Quelles conduites addictives  au sein de la population féminine?

  • Tabac
  • Alcool
  • Tranquillisants, somnifères et ATD
  • Médicaments anti-douleurs (opioïdes)
  • Smartphones/réseaux sociaux (addictions aux écrans)
  • Troubles alimentaires (boulimie, hyperphagie, anorexie)
  • Sexualité
  • Cocaine

Les conduites addictives deviennent  une sorte de régulateur émotionnel pour les femmes pour tenter de tenir le rythme de cette société en perpétuelle accélération #chargementale.  Nous en reparlerons spécifiquement dans un prochain article.

Femmes et Addictions : Milieu de l’entreprise

Quelques chiffres,  selon les données de la cohorte Constances (2018), et pour les 18-35 ans :

  • 37,7% des hommes et 31,6% des femmes sont fumeurs ; 41% des hommes et 42% des femmes consomment entre 10 et 20 cigarettes par jour ;
  • 30,7% des hommes et 12,9 % des femmes ont une consommation d’alcool considérée comme dangereuse. S’agissant des femmes ce sont les cadres qui consomment le plus d’alcool par rapport aux autres catégories professionnelles, contrairement aux hommes (où c’est la catégorie « ouvriers » qui consomme le plus) ;
  • 14,2% des hommes et 6,8% des femmes consomment plus d’une fois par semaine du cannabis.

Et pour terminer comment agir ? La plus courte réponse est l’action

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *