Livre sur Burn-out des femmes « Quand les mères craquent »

Dans son ouvrage « Quand les mères craquent », la psychologue et psychanalyste pour enfants Etty Buzyn explique les raisons qui peuvent conduire au burn-out maternel et donne des clés aux femmes pour sortir de la spirale infernale.

De nos jours, de plus en plus de femmes sont victimes de ce syndrome d’épuisement, de ce « burn-out » que l’on pensait jusqu’alors réservé au monde du travail et à ses salariés. Certaines mères en parlent entre elles sur un ton fataliste, se disant épuisées par les multiples contraintes de la vie familiale et la nécessité de devoir penser à tout en permanence, fatiguées par le fait de devoir courir sans cesse, éreintées par les multiples imprévus à gérer (une nounou absente, un enfant malade, une maîtresse en grève…), stressées par le manque de soutien et d’aide de leur conjoint ou de leur propre famille, dépitées de n’avoir jamais aucun temps pour souffler ou tout simplement pour penser à elles…

Résignées, elles culpabilisent souvent de ce qu’elles ressentent et elles continuent d’accumuler semaine après semaine les sources de stress, n’imaginant à aucun instant qu’il puisse exister des solutions pour se sortir de ce cercle infernal. Jusqu’au jour où elles craquent. Leurs nerfs lâchent, leur santé se dégrade, et leur entourage en subit les conséquences (enfants, conjoint, patron, collègues…).

Repérer et identifier les signaux d’alerte du burn-out…

Comme le précise Mme Etty Buzyn dans son livre « quand les mères craquent » , le syndrome d’épuisement maternel est un ensemble de signes cliniques qui apparaissent de manière progressive. Pour savoir si vous êtes concernée par ce problème, ou si une personne de votre entourage l’est, soyez attentive à ces différents signaux.

• Les manifestations physiques sont les plus fréquentes, et souvent parmi les premières à apparaître et à être remarquées par la victime du burn-out mais aussi par son entourage : fatigue chronique, troubles du sommeil, douleurs dans le dos ou dans le cou, perte d’appétit, nausées, vertiges, perte ou prise de poids… Il faut être prudent car ces manifestations d’origine psychosomatique peuvent mener, à terme, à de vraies pathologies physiques. On sait aujourd’hui que le stress joue le rôle de déclencheur dans de très nombreuses maladies : rhume, maladies de peau, migraine, hypertension, maladies cardiovasculaires, cancer…

• Les manifestations émotionnelles se traduisent par une humeur triste, une hypersensibilité ou, au contraire, une absence d’émotions, une tolérance réduite au minimum.

• Les manifestations cognitives marquent souvent le début de la dépression : fautes, oublis, difficultés à se concentrer ou à faire plusieurs choses à la fois…

• Les manifestations comportementales sont différentes selon les individus : isolement, agressivité, déclin de l’empathie, saturation par rapport à l’environnement social, indisponibilité, addictions (médicaments comme les tranquillisants et les somnifères, tabac, alcool, drogue…).

Osez en parler….
Ne restez pas sur des postures « c’est un mauvais passage « , « ça ira mieux dans quelques jours » … Il faut en parler à des professionnels de santé, à votre entourage et surtout ne pas culpabiliser… Un de nos prochains articles sera consacré à la sortie du burn-out

Mieux vaut prévenir que guérir

Et enfin il est important de s’accorder du temps pour soi , décompresser et déconnecter de ce monde ou vous êtes extrêmement sollicitées . La pratique d’une activité physique en extérieur avec des personnes que l’on apprécie est l’une des actions de prévention du burn-out maternel.

Pour en savoir plus…

« Quand les mères craquent »
Auteur : Etty Buzyn
Editeur : Leduc S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *